Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La peur 1/8

Publié le par F.Curchod

Voilà près de vingt minutes que je déambule dans ce tunnel, sans trouver ce que je recherche, seulement éclairé par la torche de fortune que je me suis construite avant de m’aventurer dans ce souterrain. Plus j’avance dans ce dédale de galeries et plus je regrette de m’y être risqué sans même avoir pris le temps de laisser des informations à mon équipier en cas de problème.

Un bruit métallique sur ma gauche me fait à nouveau sursauter et je perçois mon pouls s’accélérer pour atteindre un niveau alarmant. Je sens mon sang tambouriner dans mes oreilles et m’empêcher de distinguer correctement les autres sons éventuels autour de moi.

 Je décide de m’arrêter quelques instants en jurant intérieurement. Moi et ma fichue tendance à faire comme bon me semble. Cela fait près de dix ans que je suis flic et ce n’est pas la première fois que je me retrouve dans ce genre de situation. Il y a quelques années, je me suis déjà fait remonter les bretelles par mes supérieurs après être parti seul à poursuite d’un homme dangereux qui avait tué plusieurs femmes durant un été. J’ai réussi à m’en sortir et à l’arrêter après l’avoir intercepté alors qu’il était sur le point de faire une nouvelle victime. D’ailleurs, la situation actuelle est en tout point similaire. Le monstre que je suis en train de traquer depuis quelques heures a enlevé une femme dans la journée et j’ai réussi à remonter sa trace jusqu’à ce qui semble être son antre.

Un autre bruit plus proche se fait entendre sur ma droite. J’approche ma torche sans rien y voir de particulier. Malheureusement, la configuration du lieu ne permet pas vraiment à mon éclairage de se propager efficacement. Le plastique utilisé pour construire cet endroit absorbe la lumière, limitant ainsi ma visibilité à environ un mètre. D’ailleurs, cela contribue activement à l’augmentation de ma peur au fil des minutes. Je sais pertinemment qu’avec aussi peu de distance de vision, je n’aurais pas le temps de réagir si quelqu’un décidait de s’en prendre à moi.

Ce tunnel me semble sans fin. Quand j’y ai pénétré plus tôt dans la soirée, je ne me suis absolument pas imaginé tomber sur un tel labyrinthe. En plus, à part quelques bruits je n’y ai vu aucune activité suspecte. Pas une lampe, aucun mobilier ou trace de passage d’être humain. Je commence doucement à douter de moi et de ce que j’ai pu voir à l’extérieur. Tiraillé entre l’envie de sortir pour retrouver l’air libre ainsi que du réseau et mon devoir de flic, je remarque que mon corps ne réagit plus. Je suis là, immobile et incapable de bouger dans un environnement, semble-t-il, hostile à essayer de retrouver mes esprits.

Commenter cet article